Adaptation et Interprétation

Céline Dupas-Hutin est née dans le Nord de la France, un 2 Juillet du siècle dernier.

Ses premiers pas au théâtre ont lieu à la cantine scolaire puis dans les salles des fêtes, où elle joue le docteur Knock et chante du Jacques Brel à qui veut bien l’entendre.

Poursuivant son engouement pour la comédie, elle entre dans une compagnie qui crée tous les ans un nouveau spectacle. Tout en rêvassant au son de sa flûte traversière pendant les cours au conservatoire, elle construit tranquillement son monde mi-réel, mi-rêvé, où déjà les livres de George Sand ont une place particulière.

Après une excursion parisienne pour travailler aux décors extérieurs du film "Lautrec" de Roger Planchon, elle part à Lyon suivre les cours de théâtre de la compagnie "Sortie de Route" avec Luc Chambon. Elle endosse des rôles de figurante dans "Mademoiselle" de Philippe Lioret et "L'amour fraternel" de Gérard Vergez. Grande amatrice de Chaplin, elle s'en inspire pour créer le personnage de Lili, héros maladroit d'une série de courts  métrages muets et comiques (« Lili l’apprenti », « Lili au boulot »)  dans lesquels elle crée une gestuelle bien à elle.

Et puis patatras ! Céline répond à l'appel de sa seconde passion et s'en va étudier à l'Université du Vin de Suze la Rousse. Après 13 années vécues au cœur de magnifiques régions viticoles de France, elle revient à Paris avec l'envie de nous parler de celle qui l'accompagne depuis sa jeunesse. Et même si cette amie est très très vieille, les sentiments ne prennent pas de rides.


Piano et Sélection musicale

Après ses études et premiers prix au CNSM de Paris (classes de piano, musique de chambre et pédagogie), Christine Fonlupt intègre le cycle de perfectionnement du CNSM de Lyon. D’origine grenobloise, elle est initialement formée par Jeanine Collet et Christian Bernard qui resteront ses deux piliers musicaux et pédagogiques, puis ensuite les rencontres artistiques se poursuivront : Bruno Rigutto, Brigitte Engerer, Nicholas Angelich, Patrice Fontanarosa… Très tôt, c’est son éclectisme qui la caractérise car tous les domaines la passionnent, notamment la scène théâtrale : pendant 2 ans, elle est pianiste à la Comédie Française, elle se produit à l’Amphithéâtre Bastille, à l’Opéra-Comique, au Théâtre d’Ivry puis en tournée dans toute la France.

Elle a réalisé l’adaptation de nombreux spectacles, sélectionnés par les Jeunesses Musicales de France, et qui lui ont permis de travailler avec des compositeurs (Graciane Finzi, Pierre Charvet, Olivier Kaspar…) ainsi que des metteurs en scène (Coline Serreau, Eric Vignier, Jean-Claude Fall...). Plus récemment, elle joue au théâtre du Lucernaire (2018-2019) et au festival d’Avignon dans le spectacle ABC d’Airs (plus de 130 représentations, sélectionné pour les Molières 2019) avec la soprano Anne Baquet et des musiciennes de l’Orchestre de l’Opéra de Paris.

Investie dans l’enseignement, elle est professeur au CNSM de Paris et au CRR de Saint-Maur-des-Fossés. Elle organise avec ses élèves des concerts à la Philharmonie de Paris pour des orchestres de pianistes (en 2019 puis 2021 avec Lang Lang). Depuis 5 ans, elle joue avec le groupe de Tango argentin « Encuentro » avec lequel elle a enregistré un premier album, « Carta a mi amada » chez Buda Music et prépare un second disque constitué essentiellement de créations originales.

 

Depuis de nombreuses années, elle collabore avec Léa Sarfati dans un duo de mélodies, et actuellement, elle prépare un CD sur les mélodies de Rachmaninov chez Ameson.


Mise en scène

Marie Sauvaneix est une femme de théâtre passionnée et insatiable, elle est tour à tour metteur en scène, marionnettiste, comédienne, éclairagiste, assistante à la mise en scène, auteur, machiniste, régisseur de scène, régisseur général. Et peut être bien tout ça à la fois.

Elle a eu le bonheur de croiser sur sa route des hommes et des théâtres qui ont forgé son exigence et encouragé sa vocation. Comédienne et assistante de Laurent Terzieff à l' Atelier et au Lucernaire, comédienne pour Régis Santon au Monfort, assistante de Bertrand Blier à Antoine, etc...

Elle est pendant cette saison 2019-2020 sur des montages au Vieux Colombier, l’écriture de deux nouvelles pièces et sur plusieurs mises en scène pour Farida Rahouadj, Patrick Bonnel. Elle est également membre de l'ART , de la SACD et du SNMS.

« S’il est vrai qu’il n’y a pas d’amour, mais des preuves d’amour, l’estime et l’admiration que je porte à Marie Sauvaneix sont non seulement sincères mais fondées. Elle a été mon assistante dans le Bonnet de Fou de Pirandello. Elle a été la jeune victime émissaire de Brûlés par la glace de Peter Assmusen où son aura poétique incarnait la mythologie de l’amour impossible. Quelques années plus tôt, dans Meurtre dans la Cathédrale, sa présence moyenâgeuse irradiait le chœur des femmes maternellement conduit par Pascale de Boysson. Elle a encore beaucoup de choses à faire et à nous dire dans ce métier». Laurent Terzieff

TEXTE D’INTENTION DE LA METTEUSE EN SCENE :

 

« Céline m’a contactée pour me proposer de la mettre en scène dans le projet qui l’habite depuis toujours : incarner George Sand, et ainsi redonner vie à cette artiste tellement moderne et complexe, pour rétablir la vérité sur bon nombre de clichés qui ont la dent dure et faire découvrir l’univers et le parcours de cette femme unique, son style si riche, si intelligent et si poétique, au travers d’un montage de textes tirés d’ «Histoire de ma vie », qui tient dans deux gros volumes de la Pléiade, que Céline a lu et relu patiemment et passionnément, jusqu’à en extraire la substantifique moelle, au terme de relectures et de mois de travail acharné. Nous avons cherché ensemble à restituer la modernité de cette artiste, à rendre son propos clair et compréhensible par des spectateurs de tous âges, à éveiller les plus jeunes à son univers, et à clarifier certains points auprès des lecteurs plus aguerris. Quant aux « Sandiens », ils seront comblés. En évitant les clichés, les costumes d’époque, les ambiances XIXème, en recherchant l’essentiel dans la sobriété et la modernité du jeu de l’actrice, ce spectacle ne parle pas seulement de la grande artiste et femme que fut George/Aurore, mais aussi laisse à voir la condition de la femme de l’époque, à peine différente de celle d’aujourd’hui, qui doit se battre quotidiennement pour gagner sa liberté et la conserver. La seule concession faite au lyrisme de cette époque est la musique, choisie et jouée par la pianiste Christine Fonlupt, faite presque entièrement d’extraits de morceaux de l’indispensable Frédéric Chopin, génie protégé et chéri par elle, immense artiste s’il en fut, dont il est question en filigrane tout au long de ce spectacle, et qui le conclut magnifiquement. » Marie Sauvaneix


Création lumière

Philippe Lagrue est directeur technique du Théâtre du Vieux Colombier depuis 2015.

Après une trentaine d’années sur le plateau de la Comédie Française, il a collaboré avec Alain Françon, Georges Lavaudant, Antoine Vitez, Jean Luc Boutté, Jean Pierre Vincent, Anatoli Vassiliev, Jacques Lassale, Alexender Lang, Jean Paul Roussillon, Matthias Langhoff, Piotr Fomenko, Robert Wilson, Marcel Bluwal, signe les lumières de plusieurs spectacles dont Bouli Miro par Christian Gonon, Grief(s) par Anne Kessler, Le Monde selon Bulle par Claude Mathieu, Blessures de Femmes de Catherine Cabrol, Pièces de Guerre par Gilles David, Grisélidis de et avec Coraly Zahonero, Del Flamenco a Lorca de Vincente Pradal, Les fous ne sont plus ce qu’ils étaient par Elliott Jénicot, L’homme qui voulait être un arbre, montage de et par Catherine Sauval. Il signe également décor et lumières de La Musica d’Anatoli Vassiliev, et met en scène L’Intervention de Victor Hugo, Bouli redéboule de Fabrice Melquiot, Poil de Carotte de Jules Renard, Les Cuisinières de Goldoni et prépare un montage des pièces en un acte de René de Obaldia.


Remerciements

Céline Dupas-Hutin tient à remercier de leur amical soutien : Laurent Brouazin, Marie Paule Belle